06/04/2006

toujours pas de solution....

.... à mon problème de couple. Titelutine je me suis effectivement demandée, sur le coup, s'il ne s'inventait pas des complexes physiques pour me faire réagir face aux mien. Malheureusement ce n'est pas le cas. J'en ai eu la confirmation hier, lorsque nous avons de nouveau abordé le sujet. Ce que j'ai pu conclure de notre dicussion, c'est que je vais le laisser tranquille pour l'instant et lui apporter beaucopu de tendresse pour qu'il retrouve sa confiance en lui perdu, par rapport à son piysique. Je déteste le voir malheureux et mal dans sa peau. Rien que de l'écrire et j'ai de nouveau cette grosse boule dans la gorge et une autre au niveau de l'estomac, qui se forment. Les yeux me piquent aussi, les larmes ne sont pas loin. C'est tellement injuste, pas lui. Je l'aime trop pour accepter de le voir souffrir. J'me sens tellement impuissante.

Designer bien sur que nous avons des projets pleins la tête: mutation sur Lyon, achat d'un appart ou d'une maison, un mariage éventuel. Pour les enfats, c'est plus compliqué. C'est un autre point sensible de mon couple. Je n'ai jamais désiré en avoir. Mon copain si. Je n'arrive pas à trouver l'envie d'avoir des enfants. Je ne sais pas d'où ce manque d'envie me vient... ou plutôt si, j'ai une petite idée. Pour moi, un enfant sera plus une entrave à notre liberté. Des contraintes supplémentaires et je n'arrive pas à voir ce que celà pourra m'apporter. J'ai des neuveux et nièce et ça me convient parfaitement. Je sais que mes parôles peuvent paraître choquantes, mais je ne peu pas aller contre mon désir et affirmer le contraire.

J'ai tout pour être heureuse en ce moment: un copain qui 'aime et que j'aime profondément, un boulot prenant dans lequel je m'épanouie pleinement, une petit chien adorable sur lequel je reporte la même tendresse que je pourrais avoir pour mon propre enfant (mais je ne linfentilise pas non plus...quoique j'suis un peu gaga des fois....lol ), un appart sympa avec la perspective de déménager sur lyon, et malgré tout celà, je suis triste et insatisfaite. Je n'en connais pas la cause profonde. tout ce que je sais c'est que celà a de profondes répercussions sur la personne que j'aime le plus au monde: mon chéri....

a vrai dire je suis un peu perdue. Je ne comprends pas. Je ne me comprends pas.

petitelutinee j'aurai bien aimer que mon titre soit "....qu'est ce que je m'sens mieux...." malheureusement, en ce moment , c'est plutôt une période "sans". Merci pour le compliment sur la robe...Tu vas me faire rougir

JoJo et Pods merci de votre passage ici, vous arrivez toujours à me faire sourir. Merci, c'est important

 

 

13:24 Écrit par titecoco | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

une autre tite coco prends soin de toi surtout...

Écrit par : coco | 06/04/2006

Oncle Paul Tu es peut-être un peu jeune pour comprendre le titre de ce message. Dans ma jeunesse, il y avait un périodique illustré qui racontait "Les belles histoires de l'oncle Paul" Je me fais un peu cet effet.

Faut que je te parle de ma cousine Laurence.

Elle fait du gardiennage à cheval. Elle possède deux chevaux. Elle surveille des entreprises, des ambassades... L'approche pas la nuit, elle fait à peine 1,65m, mais elle te colle au sol un gars de mon gabarit sans problème. Bref, elle s'est mariée en 2004. Janvier 2005, elle vient chez moi avec son charmant époux, un gars vraiment sympa. Durant le repas, on parle enfants: "Ma belle-mere voudrait que j'en aie, mais pas avant 3 ou 4 ans, je ne me sens pas prête d'être mère" En fait, sans le savoir, le jour où nous avons eu cette conversation, elle était enceinte... de jumaux.
Les "Twix" (private joke) sont nés (un garçon et une fille). Elle se révèle une mère affectueuse, attentionnée et tout. La fois passée, ils m'ont invité chez eux et elle m'a dit "J'avais pas envie d'enfants, mais je n'allais quand même pas avorter. Maintenant, qu'ils sont là, je suis heureuse, tu peux pas savoir" Pourtant durant sa grossesse, elle se plaignait de perdre sa musculature abdominale et de ne plus pouvoir se rendre à ses entraînements de Karaté ou de close combat.

Tes paroles ne sont nullement choquantes, et une personne n'est pas l'autre. Je ne te juge pas. Je ne le ferais jamais. Je ne suis pas toujours d'accord avec toi et je le dis. Je ne sais pas si un enfant est une entrave à la liberté vu que je n'en ai pas. Parfois, je me dis qu'au lieu de "laisser faire" tu te prends la tête sans raison objectives, mais c'est sûrement un autre débat.

Écrit par : Designer | 06/04/2006

Les commentaires sont fermés.